28-11-2006

Il est 18 heures ce 14 juillet 2006, jour de Fête Nationale.

Est-ce un jour bien choisi pour partir ?

Est-ce une heure raisonnable pour commencer un tel raid ?

Certainement pas  le jour ; il était plutôt aux défilés ou aux bals de quartier.

Certainement pas l’heure ; les randonneurs partent à la fraîche

Nos jambes et nos esprits sont déjà sur le chemin. Voilà plus d’un mois que le projet chemine dans nos têtes : préparation physique un peu (pas assez aux dires de chacun), préparatifs : bagages légers (étapes longues ), nourriture adaptée, matériel de réparation etc…Rien ne doit être laissé  au hasard.

La route a été longue. Nous sommes enfin au Puy en Velay. Malgré l’heure tardive une visite s’impose. Les ruelles de la vieille ville sont désertes. Seules quelques boutiques proposent les spécialités locales : la dentelle qui tient une place importante dans l’histoire  de la cité et les lentilles. Incontournables, les marques rouge et blanche du GR; il s’agit de la signalisation des sentiers de Grande Randonnée, nous conduisent au pied de la cathédrale dans laquelle se trouve la statue du pèlerin de St Jacques de Compostelle. Nous devons faire les photos pour la postérité les pèlerins matricule 2551et 2552.

Enfin les vélos quittent le hayon de la voiture. En pleine rue, les sacoches sont fixées sur le vélo, le sac à dos est rempli,  pas trop diront les puristes. Voyons, n’oublions rien : gants, lunettes, bidons et eau,  les papiers, la carte d’identité et la carte vitale.

Dernière photographie : les au revoir avec notre chauffeur, nous voilà partis vers le désert ou des contrées inhabitées peuplées de gens qui cheminent. Le chemin s’élève rapidement. Il devient difficile : nous mettons pied à terre. La vue est magnifique. : des pitons volcaniques avec leurs édifices déposés en leur sommet au dessus d’un entrelacs de maisons  aux  toitures en ardoise .Nous poussons nos montures. Ce ne sera pas aussi facile que nous l’avions imaginé. L’étape n’est pas longue,  seulement

30 km

. Mais le profil et les cailloux du sentier, les premiers problèmes techniques (porte bagages et selle qui bougent) nous obligent à poser souvent le pied à terre. La sacro sainte moyenne va chuter.

Une longue descente nous entraîne vers le camping de Menistrol sur Allier .La rivière et les gorges ne seront pas loin de notre premier campement. Pas de temps à perdre, le rituel sera le même tous les soirs : monter la tente, se doucher et aller  manger. La pizza « désirée » mettra un certain temps à venir dans notre assiette. En effet, il est 22 heures, des airs de musique animent le bal du 14 juillet, les  feux d’artifice sont tirés. Rien de tel pour bercer le sommeil de nos deux cyclistes.

Posté par Robert Louis à 17:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Il est 18 heures ce 14 juillet 2006, jour de Fête

Nouveau commentaire